Dernières parutions

  • Les projets de loi, organique et ordinaire, que vient de déposer le garde des sceaux, sous un étiquetage ronflant -d’autant plus dérisoire qu’à côté des propositions phares que vante la communication gouvernementale, c’est aussi un fourre-tout de dispositions diverses bien étrangères à cet objectif affiché, comme parfaitement absconses et indifférentes…
    En savoir plus...
  • A l’occasion de la « Convention managériale de l’Etat » (sic), le Président Macron –dont le parcours illustre jusqu’à la caricature les griefs qu’il affecte de porter contre l’E.N.A….-, a confirmé qu’il entendait, à marche forcée, mettre en œuvre l’essentiel des propositions du « rapport Thiriez », dans le droit fil d’une volonté affirmée…
    En savoir plus...
  • L’Armée, ultima ratio pour la délinquance des jeunes ? C’est une idée qui revient régulièrement : faire appel aux militaires pour prendre en charge les jeunes délinquants. « Je souhaite […] un partenariat justice-armée pour certains mineurs, pour certains jeunes majeurs », avait déclaré M. Dupond-Moretti, sur BFM TV, en…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

On a le sentiment que, depuis un an, le sexe et ses cinquante nuances (de bleu, rose ou panaché…) est la grande affaire qui obsède nos gouvernant(e)s, comme si notre pays n’avait pas de plus grande priorité que de s’interroger sur la traduction juridique du rapport des personnes à leur sexualité…

L’opinion d’un adhérent cinéphile

Un mot pour vous signaler, à toutes fins, le très remarquable film de Serge GARDE (qui avait déjà rédigé un livre avec l'une des victimes), produit par Bernard de La VILLARDIERE, "Outreau, l'autre vérité".

Dans le torrent d’indignations que provoque ce placardage inadmissible dont des magistrats sont les auteurs, je relèverai en particulier sur ce « mur des cons » la présence de parents de victimes ce qui constitue une insulte impardonnable à la mémoire de ces enfants assassinés.

C’est presqu’une loi sociologique, vérifiée sans exception depuis 1981 : quand la Gauche arrive au pouvoir, la délinquance repart nettement à la hausse, alors qu’une action résolue et clairement affichée avait pu, avant l’alternance, tendre à l’enrayer.

Car les malfaiteurs ne s’y trompent pas, et, reçoivent « 5 sur 5 », les signaux forts qui peuvent leur être envoyés par les pouvoirs publics.