Dernières parutions

  • Supériorité –trop méconnue dans un débat public marqué par l’ignorance et l’idéologie-, du ministère public dit « à la française », le fait de confier la poursuite pénale –qui est un acte grave et lourd de conséquences (parfois définitives et irréparables, concrètement)-, à un magistrat (et non, comme dans certains systèmes, à…
    En savoir plus...
  • Les projets de loi, organique et ordinaire, que vient de déposer le garde des sceaux, sous un étiquetage ronflant -d’autant plus dérisoire qu’à côté des propositions phares que vante la communication gouvernementale, c’est aussi un fourre-tout de dispositions diverses bien étrangères à cet objectif affiché, comme parfaitement absconses et indifférentes…
    En savoir plus...
  • A l’occasion de la « Convention managériale de l’Etat » (sic), le Président Macron –dont le parcours illustre jusqu’à la caricature les griefs qu’il affecte de porter contre l’E.N.A….-, a confirmé qu’il entendait, à marche forcée, mettre en œuvre l’essentiel des propositions du « rapport Thiriez », dans le droit fil d’une volonté affirmée…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

La continuité...dans l'erreur, c'est maintenant

La reconduction de Mme Taubira à la Justice ne peut qu'apparaître comme une véritable provocation à l'égard de l'immense majorité des Français dont elle a, par son discours et ses projets en matière pénale, heurté les plus profondes aspirations à la sécurité et à l'efficacité dans la lutte contre la délinquance.

Alors que, par leur vote, les citoyens de ce pays viennent de manifester une formidable défiance à l'égard des responsables de la politique suivie jusqu'ici, et, que la popularité prêtée au nouveau Premier ministre tenait bien moins à son bilan qu'à ses postures d'allure sécuritaire, à rebours de tout ce qu'incarnait la ministre -dont il avait été l'un des critiques les plus radicaux du projet de réforme pénale, en dénonçant "l'insuffisance" de son "socle de légitimité"-, outre que Mme Taubira venait de se discréditer aux frontières du ridicule dans l'"affaire des écoutes", son maintien à ce poste témoigne autant d'une incompréhensible incohérence que d'un solide mépris pour notre peuple. M. Valls a fait le choix (s'il en a eu la liberté...) de laisser ainsi le ministère de la justice sous l'emprise de la frénésie idéologique et de l'amateurisme débridé : il en aura les fruits.