Dernières parutions

  • Supériorité –trop méconnue dans un débat public marqué par l’ignorance et l’idéologie-, du ministère public dit « à la française », le fait de confier la poursuite pénale –qui est un acte grave et lourd de conséquences (parfois définitives et irréparables, concrètement)-, à un magistrat (et non, comme dans certains systèmes, à…
    En savoir plus...
  • Les projets de loi, organique et ordinaire, que vient de déposer le garde des sceaux, sous un étiquetage ronflant -d’autant plus dérisoire qu’à côté des propositions phares que vante la communication gouvernementale, c’est aussi un fourre-tout de dispositions diverses bien étrangères à cet objectif affiché, comme parfaitement absconses et indifférentes…
    En savoir plus...
  • A l’occasion de la « Convention managériale de l’Etat » (sic), le Président Macron –dont le parcours illustre jusqu’à la caricature les griefs qu’il affecte de porter contre l’E.N.A….-, a confirmé qu’il entendait, à marche forcée, mettre en œuvre l’essentiel des propositions du « rapport Thiriez », dans le droit fil d’une volonté affirmée…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

REELLE PERPETUITE

Par son arrêt de ce jour rendu dans l’ « affaire Bodein », la Cour européenne des droits de l’homme a validé le dispositif français de « perpétuité renforcée » (expression beaucoup plus adéquate que celle couramment utilisée dans les médias de « perpétuité réelle » ou de « peine incompressible », qui sont de véritables abus de langage, au regard du contenu effectif des règles en cause…).

Il faut, quoiqu’il en soit des sentiments que peut trop souvent inspirer la jurisprudence de cette autorité étrangère, s’en réjouir :

D’abord parce qu’elle renvoie à un sort ô combien mérité un abominable assassin à l’égard de qui une décision de faveur eût été un scandale national, discréditant irrémédiablement l’institution qui l’eût prononcée.

Mais aussi parce que c’est un désaveu cinglant de tous les milieux politiques et d’opinion acharnés à contester le principe même de telles sanctions, qui, à la différence des peines « fondantes » qui sont le droit commun de nos codes, sont –au moins pour un temps significatif-, vouées à s’appliquer telles qu’elles ont été prononcées, sans être altérées ou abrégées dans le cadre de que l’on appelle –par antiphrase !-, « application des peines », alors qu’il s’agit de l’organisation de leur non-application.

C’est là, en particulier, le désaveu de toute la philosophie pénale de Mme Taubira, qui a tout fait pour promouvoir, dans la récente loi qu’elle a, malheureusement, réussi à faire voter, un système fondé sur l’érosion permanente et généralisée des peines : même si en l’occurrence, il ne s’agit, dans cette décision, que de dispositions extrêmes d’un champ d’application limité, c’est, intellectuellement et symboliquement, de toute première importance.

Toutefois, il faut, une fois de plus, déplorer que la Cour européenne entoure la mise en œuvre de telles peines à vocation « incompressible » de conditions et de restrictions tout à fait critiquables, attentatoires à la souveraineté des Etats et à leur droit naturel à déterminer librement les garanties de leur légitime défense contre le crime.

Quoiqu’il en soit, cet arrêt doit constituer un encouragement pour un futur législateur mieux conscient de ses responsabilités envers la société, et, plus soucieux de répondre à l’attente de nos concitoyens que de se soumettre aux diktats de cénacles de pensée marginaux et dépassés, à étendre, aussi considérablement que possible, le champ d’application de cette « perpétuité renforcée » -doublement « renforcée », puisqu’ainsi validée en dernier recours.