Dernières parutions

  • Supériorité –trop méconnue dans un débat public marqué par l’ignorance et l’idéologie-, du ministère public dit « à la française », le fait de confier la poursuite pénale –qui est un acte grave et lourd de conséquences (parfois définitives et irréparables, concrètement)-, à un magistrat (et non, comme dans certains systèmes, à…
    En savoir plus...
  • Les projets de loi, organique et ordinaire, que vient de déposer le garde des sceaux, sous un étiquetage ronflant -d’autant plus dérisoire qu’à côté des propositions phares que vante la communication gouvernementale, c’est aussi un fourre-tout de dispositions diverses bien étrangères à cet objectif affiché, comme parfaitement absconses et indifférentes…
    En savoir plus...
  • A l’occasion de la « Convention managériale de l’Etat » (sic), le Président Macron –dont le parcours illustre jusqu’à la caricature les griefs qu’il affecte de porter contre l’E.N.A….-, a confirmé qu’il entendait, à marche forcée, mettre en œuvre l’essentiel des propositions du « rapport Thiriez », dans le droit fil d’une volonté affirmée…
    En savoir plus...

Adhérez à l'APM

Association Professionnelle des Magistrats - la nouvelle association professionnelle des magistrats

Après le dernier atroce attentat terroriste, on annonce que le Président Macron a demandé à ses ministres de l’intérieur et de la Justice de remettre sur le chantier, d’ici deux semaines, le projet de loi sur le « séparatisme » (terme euphémique et tout à fait impropre, au demeurant, car le terrorisme islamique ne veut pas le moins du monde se « séparer » de la France, mais..  s’en emparer ! Il faut croire, d’ailleurs que le mot était encore trop fort, puisqu’il avait été abandonné, en cours de route, pour celui, plus neutre et passe-partout, de « laïcité »…) –illustration, une fois de plus, de la détestable pratique du « un fait divers, une loi », qui fut, en son temps, tellement reprochée à son prédécesseur Sarkozy.

              Empêtré dans son pas de clerc inaugural, tel une grive chassée à la glu, Me Dupont-Moretti, pour avoir, dès son arrivée à la Chancellerie, voulu régler les comptes personnels de l’avocat ennemi de ses juges qu’il était (et qu’il restera toujours au fond de lui-même : le diable qui se fait ermite ne peut longtemps tromper son monde…), se heurte chaque jour un peu plus au mur du conflit d’intérêt.

Comme si l’activisme de la cour européenne dite des droits de l’homme pour entraver, chaque fois un peu plus, les pouvoirs de la police et de la justice dans leurs missions répressives, ne suffisait pas, c’est, très récemment, la Cour de justice de l’Union européenne qui vient de jouer sa partition, par une décision fleuve de 85 pages de jargon eurocratique ligneux à souhait –au point de dérouter les commentateurs les plus avertis qui suent sang et eau pour ne pas s’envaser dans les méandres tortueux de ses raisonnements… Et, notre ministre de la justice, qu’on a connu plus bavard, de se retrancher derrière l’analyse par ses services…